Revendeurs
En 3 clics

Entretenir un gazon écolo

Le gazon ne jouit pas forcément d'une image très "écolo". De plus en plus, on conseille, lorsque c'est possible, d'implanter des prairies fleuries qui ne demandent quasiment pas d'entretien et sont un véritable réservoir de diversité végétale et animale. Cependant, certains endroits, en raison de leur utilisation et/ou de leur situation, ne peuvent pas accueillir de mélanges fleuris.  

Disons le tout de suite, un gazon peut tout à fait se conduire de manière respectueuse de l'environnement, sans arrosage et sans produit phytosanitaire. Il faut seulement y consacrer un peu de temps et d'attention, tout au long de l'année. 

Lorsque l'on possède un gazon, l'objectif est avant tout de lui garder un bel aspect, sans "mauvaise herbe", sans trou, sans mousse, etc... Il existe quelques astuces et quelques techniques qui permettent d'obtenir un très bon résultat, sans utiliser une goutte de produit chimique.   


La hauteur de coupe
Il s'agit du premier conseil, et l'un des plus importants. Terminés les gazons taillés très courts, place aux belles pelouses denses et moelleuses ! On conseille une hauteur de coupe d'environ 6/7 cm. Il s'agit là de fortifier le gazon, au détriment des adventices qui se développent lorsque le gazon est court et donc plus faible. Le couvert végétal étant de fait plus épais, l'humidité sera mieux conservée en périodes estivales. 

C'est également la fréquence qui jouera car l'on conseille d'éviter de tailler une pelouse de plus d'un tiers de sa hauteur, au risque de l'affaiblir considérablement et de laisser la porte ouverte aux mauvaises herbes. 

Des lames affûtées couperont nettement les brins d'herbe, contrairement à des lames émoussées qui déchiquetteront les brins et faciliteront ainsi les maladies. 

Enfin, il est préférable de ne pas tondre une pelouse mouillée. De même, mieux vaut tondre en soirée ou par temps couvert.   

Prendre soin du sol 
Lors de la tonte, il est conseillé de laisser les déchets sur le gazon. Cette technique est appelée mulching. Il s'agit d'un des grands principes de la gestion différenciée qui préconise de ne pas exporter en dehors de la parcelle la matière organique. Ainsi, en pratiquant le mulching, on ramène au sol les minéraux prélevés. Les chiffres avancent une réduction de 30% des besoins en engrais organiques. 

Il est également important de faire attention au pH du sol. Des petits outils vous permettent simplement de le mesurer. Le pH joue directement sur la disponibilité en éléments nutritifs mais aussi sur l'apparition de mauvaises herbes et de mousses ou encore la vie des micro-organismes du sol. Idéalement, le sol doit avoir un pH compris entre 6 et 7. En dehors de ces valeurs, apportez de la chaux ou du soufre pour le corriger, ou bien des mélanges comme l'acidificateur de terre ou le calcificateur de terre

La fertilisation est une étape clé pour un bon sol donc une pelouse saine. Si la fertilisation automnale fait l'unanimité, celle de printemps est moins pratiquée. Cependant, celle de printemps apporte un vrai de coup de fouet lors du redémarrage et stimule la pelouse, la rendant plus forte. Il convient dans les deux cas d'utiliser un engrais organique à diffusion lente tel que le compost, le fumier, la farine d'os ou de sang, etc... 

Souvent négligée, l'aération du sol est essentielle. Elle facilite la pénétration de l'eau dans le sol et apporte de l'oxygène. Elle se pratique classiquement avec un scarificateur-aérateur qui vient ouvrir le feutre qui se forme naturellement à la surface. On conseille cette étape deux fois par an, une fois au printemps avant les premières tontes, et une fois à l'automne, avant l'hiver. Ce travail se fait sur un sol plutôt humide mais pas détrempé.
Cette étape peut se coupler à l'épandage d'un compost pour un résultat encore plus efficace, à raison d'environ 40kg/100m².   


Eliminer les mauvaises herbes 
Cette action est manuelle et ponctuelle. Elle répond à l'apparition intempestive de quelques pieds d'adventices. Pour les plantes à pivot (pissenlit notamment), veillez à bien ôter le pivot du sol, pourquoi pas à l'aide d'une gouge à asperges ou d'un couteau désherbeur.
Le sol laissé à nu suite au désherbage est un lieu idéal pour que les mauvaises herbes repoussent. Travaillez alors le sol, semez et arrosez régulièrement.    


Et pour tondre ? 
Bon nombre de nos tondeuses sont thermiques. Mais on trouve de plus en plus de tondeuses électriques. Voire même des tondeuses hélicoïdales qui n'ont besoin comme énergie que de la force de vos bras. Une des solutions les plus écologiques !
Sinon, pour les plus chanceux, pensez aux chèvres ou aux moutons !
T_FEDESAMARTH