Revendeurs
En 3 clics

La taille des arbres fruitiers

Nous essayons de ne pas tailler les scions pour laisser la flèche (ou tige principale) sans ramification pour que vous puissiez le faire monter à la hauteur souhaitée. Vous pourrez ensuite former l'arbre comme vous le souhaitez.
Si le scion a dû être taillé (pour expédition ou axe principale abîmé) ou pour assurer une meilleure reprise, il est possible de reflécher le scion :
Planter le scion dont l'axe principal a été coupé proprement au-dessus d'un œil,
Laisser repousser 15 à 20 cm puis rabattre cette branche contre le bois et l'attacher à la verticale à l'aide d'un lien : une nouvelle flèche a été créée et poussera vigoureusement. 

La plupart des arbres fruitiers sont vendus déjà formés (en cordon, en U...), et il suffit de poursuivre leur formation. Mais acheter un scion, puis le diriger pour le palisser est intéressant à réaliser et à la portée de tous, en pratiquant une taille douce. 

Pourquoi former un arbre fruitier ?


La taille de formation présente de nombreux avantages :
- adapter la plante aux dimensions du jardin en l'obligeant à prendre une forme d'encombrement réduit ;
- améliorer l'aspect décoratif de l'arbre fruitier par une silhouette élégante et régulière (palmette par exemple) ;
- favoriser la mise à fruit en limitant le nombre de pousses à bois, ou en contraignant les rameaux à s'incliner ou à s'arquer ;
- faciliter les opérations d'entretien et notamment les traitements, en maintenant les arbres dans des dimensions raisonnables,
- permettre différentes utilisations des arbres fruitiers dans le jardin en offrant des formes plates à palisser, des possibilités de haies fruitières, etc. 

La taille d'un arbre fruitier est une étape très importante de son développement. Elle permet de le façonner, l'équilibrer, lui donner de la vigueur pour une production abondante et de qualité.
Lors de la taille, une partie de rameau est supprimée ainsi que des bourgeons. Or, le bourgeon apical exerce une dominance sur les autres. Lors de la taille, c'est donc le premier bourgeon situé sous la coupe qui prend le relai et se développe le plus.
Il faut donc savoir distinguer les deux types de bourgeons des arbres fruitiers :
- Les bourgeons à fleurs sont renflés et ronds car ils contiennent les futures feuilles et fleurs, ils sont perpendiculaires au bois et donneront les fruits.
- Les bourgeons à bois sont longs et pointus et collés au bois, ils donneront une branche.
Pour un arbre jeune, tailler de sorte que le bourgeon terminal soit à bois tandis que pour un arbre plus vigoureux de plusieurs années, tailler de sorte que le bourgeon terminal donne des fleurs.
Pensez bien à supprimer toute branche morte et les brindilles verticales, gourmands, qui ne donneront pas de fruits. Pour les rameaux horizontaux, les raccourcir d'un tiers ou deux en vérifiant que le nombre de bourgeons à fleurs et à bois restant est suffisant. Prenez aussi garde à supprimer toute branche dont le développement à long terme pourrait gêner les rameaux principaux. Lors de ces étapes, votre arbre fruitier sera plus aéré et la lumière circulera plus facilement.
Les arbres à pépins (pommier, poirier, ...) forment leur fruit sur les rameaux des années précédentes et sur ceux d'un an alors que pour les arbres à noyau (cerisier, pêcher, ...), le bois qui a produit des fruits une fois n'est plus capable d'en produire.
Privilégiez la période de novembre à mars pour réaliser votre taille de formation car le flux de sève étant réduit, la cicatrisation des plaies sera meilleure.  

Formes des arbres fruitiers
Les formes des fruitiers se classent en deux catégories : de plein vent et plates, palissées. La taille permet de déterminer la forme de l'arbre fruitier en fonction des contraintes spatiales et de production. 
Les arbres de plein vent sont des arbres tiges de hauteur variable dans le cas des cerisiers, châtaigniers, abricotiers, agrumes, oliviers et pruniers ou des touffes pour les petits fruits, noisetiers, oliviers, noisetiers et néfliers. 
Les formes plates ou palissées nécessitent la mise en place d'un support de soutien qui permet d'orienter le développement des rameaux. Trois formes sont majoritaires : le cordon vertical (poirier, pommier), le cordon horizontal à un bras (pommier, vigne) et les palmettes à la diable (amandier, abricotier, actinidia, pêcher), en U ou Verrier (pommier, poirier). 

Quand former un arbre fruitier ?


La taille de formation se pratique à partir d'un scion. La première intervention a lieu au moment de la plantation (de préférence en novembre), ou un an plus tard, quand l'arbre bien installé est plus apte à supporter les coupes sévères. 
  • Intervenir aussi au cours de l'année pour orienter les jeunes branches encore souples dans la position adéquate. 
  • Il n'est pas possible de soumettre les arbres âgés à une taille de formation, sauf pour réduire leur dimension.
  • Les différentes formes fruitières 
  • Les châtaigniers, les noyers, les néfliers, les kakis sont laissés absolument libres de se développer. 
  • Les arbres fruitiers à noyaux et notamment les pruniers, cerisiers et abricotiers poussent beaucoup mieux en plein vent.
  • Pour les petits jardins, on préférera les demi-tiges (hauteur de ramification : 1,30 à 1,50 m)  
  • Les pêchers peuvent être conduits en fuseaux ou en demi-tiges. 
  • Les pommiers et poiriers sont beaucoup plus accommodants et acceptent pratiquement toutes les formes. Il existe des quantités de formes fruitières, les plus répandues étant les palmettes, les U doubles, les palmettes trident (à branches), les palmettes obliques à deux étages, les fuseaux, les demi-tiges et les hautes tiges (hauteur environ 2 m). 
  • Les cordons sont des formes exclusivement réservées aux pommiers. Ce sont les fruitiers les plus petits. Il existe des cordons à 1 ou 2 bras et 1 ou 2 étages. 
  • La taille d'un arbre fruitier palissé 1 an après plantation

      

    Éliminez toutes les branches qui ont poussé sur le scion inférieurs à 1 m du sol.
    Arquez les supérieurs pour une production temporaire. Dès avril, privilégiez le prolongement de l'axe par des pincements latéraux qui libèrent la pousse principale. 
    Ébourgeonnez les nouvelles pousses trop basses (1 m du sol). Supprimez presque tous les jeunes fruits, la première année, pour ne pas fatiguer l'arbre : il a besoin de s'ancrer et de se fortifier. 
    Éliminez les rejets éventuels sur le porte-greffe à l'aide d'un sécateur.
    Pliez les branches fruitières sous l'horizontale en fin d'été quand elles ont atteint 60 à 80 cm. Il est important que ce soit la même personne qui forme les arbres fruitiers les premières années de vie.    
    T_FEDESAMARTH