Revendeurs
En 3 clics

A proximité de mon potager

Un potager demande un peu de travail. Il est donc bon de penser à quelques installations pratiques au moment de sa conception.  

Un point d'eau

 

Malgré toutes les économies que l'on peut faire en respectant les meilleures périodes de la journée pour arroser ou en paillant, un point d'eau est indispensable.
Qu'il soit à base de récupération - attention, on consomme toujours des quantités bien plus importantes que ce que l'on imagine - ou plus classiquement l'eau du réseau ou d'un puits, il est qusiment impossible de s'en passer.
Sachant que 1 L d'eau pèse autour de 1KG et qu'un arrosoir contient 10 à 12L, on comprend aisément qu'un point d'eau central est le bienvenu...  

Une cabane

 

Très pratique sans pour autant être indispensable, donnant souvent lieu à de véritables créations architecturales plus ou moins discutables, une petite cabane pour ranger ses outils et se mettre à l'abri quand il pleut assure un confort agréable.
Son toit offre une large surface de captage d'eau à récupérer, tandis que ses murs de planches ou maçonnés permettront de palisser de nombreux végétaux fruitiers ou ornementaux.  

Un tas de compost

 

Dernier et indispensable élément au potager : le tas de compost. Pas de jardinier sans jardin, pas de jardin sans jardinier, ce à quoi j'ajouterais : pas de jardin sans compost.
Ce dernier résume à lui seul l'esprit du potager : un endroit où on limite au maximum les intrants, où on recycle le plus possible ses déchets, où, en partant d'une matière dévalorisée (épluchures, végétaux abîmés, etc.), le plus modeste jardinier se fait alchimiste et, avec bonheur, réalise son "or noir du jardin".
Le tas de compost est peu esthétique, sans pour autant être nauséabond, ce qui révélerait un défaut.
Choisissez un emplacement pas trop en vue, et prévoyez de planter à proximité quelques végétaux destinés à le dissimuler comme des noisetiers ou des framboisiers.
La tentation est grande de le cantonner dans un fond de jardin, mais attention à ne pas trop l'éloigner de la maison, ni à le coller contre le terrain des voisins qui n'apprécieront pas forcément ce nouvel élément dans leur décor.  

Interdiction de brûler


Taille de haies, mauvaises herbes, pour les plus indélicats emballages en plastique et autres merveilles... Il est fréquent de brûler ses déchets au potager et de créer à cet effet un point de feu, en général sécurisé avec des tôles.
Malgré tout ce que l'on peut entendre d'hypothétiques arrêtés préfectoraux et autres imprécisions, il est rigoureusement interdit de brûler chez soi.
Il existe maintenant des déchetteries destinées à récupérer ce qui autrefois était brûlé. Les seules dérogations pour brûler concernent les agriculteurs et se font après une demande et des démarches administratives auprés des DDAF (directions départementales de l'agriculture et de la fôret). 
T_FEDESAMARTH