Revendeurs
En 3 clics

L´équipement motorisé au potager

Commençons par les gros achats : un motoculteur ou une motobineuse sont-ils indispensables ?
On considère en général qu'il est difficile de cultiver au-delà de 400 à 500m² sans un minimum de mécanisation. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il faille être propriétaire du matériel. Il est plus avantageux de s'arranger avec un voisin équipé. L'idéal est de connaître un agricultuer possédant et maîtrisant un matériel performant.  

Le motoculteur


Il en existe de toutes tailles à tous les prix. Inutile de se faire des idées, les "petits" modèles vendus à bas coût dans les grandes surfaces, quelle que soit leur spécialité, ne valent guère plus que leur poids au kilo. Même une machine de base (autour de 7CV), peu équipée, reste un vrai investissement. Une fois l'achat réalisé, il faudra compter plusieurs saisons pour parvenir à bien travailler avec un tel outil qui, à l'image de n'importe quel matériel, demande un temps d'apprentissage.  

Comment utiliser un motoculteur?


On l'utilise pour labourer avec la charrue, en évitant de le faire trop tôt et trop profondément. Dans les terres argileuses dont la structure est souvent améliorée par le passage du gel sur les mottes, on essaie de le faire le plus tard possible en se contentant d'une quinzaine de centimètres de profondeur et en gardant bien présent à l'esprit que des labours mécaniques répétés sans décompactage du sol provoquent immanquablement un lissage. Cette semelle de labour devient alors vite impénétrable, nuisant à une bonne vie du sol, donc au développement futur des plantes.  

Veritable porte-outils, un motoculteur peut aussi recevoir, entre autres, ces trois accesoires :
- Un canadien dont les dents ameublissent relativement profondément le sol et ont un effet extirpateur sur les adventices ;
- Un rotovator dont les couteaux rotatifs émiettent très finement la surface du sol ;
- Un buttoir servant à ouvrir des sillons de plantation profond comme pour les pommes de terre, mais qui permettra également de les butter en cours de culture.  

Quand utiliser la motoculteur ?


En fonction des travaux à réaliser, on utilise le motoculteur toute l'année à condition que le sol soit sain. C'est un outil lourd portant sur des roues peu larges comparativement à son poids : les risques de tassement du sol sont donc très importants.  

La motobineuse


Moins chère puisque son mode de traction est simplifié, elle est devenue un outil presque courant dans les jardins. Passez-la profondément dans un sol un peu humide, et vous obtiendrez en un rien de temps une semelle lissée absolument impénétrable. Les fraises rotatives et coupantes en terrain "sale" sont de plus idéales pour multiplier en les fragmentant de délicieuses adventices du type liseron, chien-dent, etc. Bref, la motobineuse peut être un formidable outil si elle est cantonnée à des travaux bien précis, en surface, en terrain bien sec et "propre".  

Comment utiliser une motobineuse ?


Cet engin doit théoriquement comme son nom l'indique, être réservé à un travail relativement superficiel du sol, le binage. Il ne remplace pas, comme on le voit bien trop fréquemment, la bêche ou la grelinette.  

Quand utiliser la motobineuse ?


Cet outil ne doit être utilisé qu'en bonnes conditions, c'est-à-dire finalement quelques mois seulement par an, d'avril à septembre en général. Cependant, si ces indications sont valables pour l'essentiel des types de sols de nos régions, les terres sableuses font exception. Hormis humidité extrême, la motobineuse peut y être utilisée quasiment toute l'année, en évitant malgré tout des passages trop répétés qui finissent par nuire à la faune et à la flore du sol.  

Quelle différence entre un motoculteur et une motobineuse ?


Elle tient au principe de traction rendant leurs emplois différents.
Les motoculteurs sont des outils polyvalents équpés de roues. On y adaptera charrue, cultivateur, buttoir, arracheuse pommes de terre, etc. Sur certains modèles ne possédant pas de prise de force pour entraîner un rotovator, ce sont les roues qui se démontrent pour adapter des fraises et fonctionner ainsi comme une motobineuse.
Les motocultuers sont en général plus puissants et donc plus onéreux que leurs "petites cousines" motobineuses, uniquement pourvues de fraises et réservées à un emploi de travail du sol en surface.  

La houe maraichère, un bon investissement


La houe maraichère est un excellent investissement pour les grands potagers. Il en existe quelques modèles différents ; choisissez-en un de qualité en évitant les roues métalliques qui adhèrent mal au sol.  

Retrouvez la houe maraichère : http://www.fermedesaintemarthe.com/A-14023-houe-maraichere-1-roue.aspx 
T_FEDESAMARTH