Revendeurs
En 3 clics

Qu´est-ce que le BRF ?

BRF signifie "bois raméal fragmenté". Cette méthode encore toute jeune - est apparue dans les années 1970 au Québec - et propose une tranquille révolution verte. Une vraie, cette fois.  

Une découverte accidentelle


Une découverte ...


C'est sous l'impulsion d'un homme politique, Edgar Guay, sous-ministre adjoint au ministère des Terre et Forêts du Québec, que les expériences sur le BRF se sont généralisées. Comme toute découverte, l'idée du BRF est née du hasard et de l'esprit d'observation.
C'est en visitant une distillerie d'huile de pin et lorsque le propriétaire lui fait remarquer d'énormes fraisiers poussant spontanément sur son tas de déchets de copeaux de bois qu'Edgar Guay a envie de comprendre par quel processus encore inconnu de simples fraisiers sur un substrat si peu commun peuvent atteindre de telles proportions ! Quelques agriculteurs, agronomes et institutionnels motivés "suivent" alors.
Dans les années 1980, les premiers comptes rendus sont publiés avec des résultats impresisonants : augmentation de la résistance au gel et aux maladies, de la structure du sol avec un formidable apport d'humus. Les expériences se multiplient. Rapidement, un vrevet déposé : le sylvagraire.  

... qui a mis du temps à nous parvenir


Malgré ces excellents résultats, le BRF demeure cantonné dans ses frontières outre-Atlantique et la pratique reste rare. Il faut attendre 2004 pour que les choses changent sous l'impulsion d'un ingénieur agronome belge, Benoît Noël, et d'un agriculteur français, Jacky Dupéty. Les deux hommes expérimentent avec succès sur des terres difficiles l'emploi du BRF et participent largement à sa diffusion. Il faura fallu attendre quelques décennies...  

Qu'est-ce que le BRF ?


Définition


Voici la définition d'Eléa Asselineau et Gilles Domenech, parmi les premiers en France à s'être intéressés à ce sujet : "Les BRF sont le résultat du broyage frais (ou copeaux) de rameaux et petites branches vertes d'un diamètre inférieur à 7cm, avec ou sans feuilles. Les branches sont issues d'essences d'arbres feuillus (Angio-spermes dicots). Il est toutefois possible d'utiliser un peu de conifères (Gymnospermes) en mélange, à hauteur de 20%. Ce broyat est destiné à être appliqué au sol." 

Ni compost ...


Le BRF se distingue donc clairement du compost qui résulte de la fermentation après montée en température de matériaux divers putrescibles : déchets verts, fumiers, boues d'épuration, déchets de l'industrie alimentaire, carcasses, ect. Leur impact sur le sol est de ce fait complètement différent : les composts sont en grande partie minéralisés et, s'ils influent positivement sur la vie bactérienne au sol, leur action est plus sensible sur l'alimentation des végétaux. Le BRF est une matière fraîche, proche du bois encore vivant. Son action sur le sol permet d'accélérer la stimulation de sa vie, à l'exemple des sols forestiers. C'est pourquoi il est à considérer comme un "aggradant" (capable d'agir contre la dégradation) plus que comme un amendement, stimulant la vie cryptogamique des sols et favorisant la pédogenèse.  

... ni paillis


De même, on confond souvent BRF et mulch ou paillis : ce terme recouvre toute couverture du sol essentiellement destinée à protéger le sol, réguler sa température, ralentir l'évaporation de l'eau, limiter les adventices et freiner la battance. On peut employer à cet effet bien des matériaux différents : tontes, paille, carton, laine, feuilles mortes, plastique, etc. A terme, les mulchs naturels ont bien sûr un effet positif sur la vie du sol, mais le processus diffère nettement du BRF. 

Explication


Pour résumer sommairement ce qui est décrit bien plus précisément dans le livre de Jacky Dupéty, le principe du BRF repose sur l'observation que "la clé de voûte de la pédogénèse (donc en forêt) est la lignine (les polyphénols) et les champignons capables de la transformer". Or il n'y a quasiment pas de production de lignine dans les potagers ! Les jeunes branches fraîches, particulièrement quand la sève descend en automne ou au début de l'hiver, sont très riches en lignine. Il devient alors tentant de les broyer pour les incorporer au sol et relancer ainsi le long et complexe cycle de reformation du sol. Ce broyat est le premier maillon d'une chaîne : les champignons trouvent dans la lignine une source d'alimentation avant que leurs mycéliums deviennent eux-mêmes celle de petits animaux qui, à leur tour, etc. C'est cette vie cryptogamique relancée qui fait du BRF une méthode totalement nouvelle.  
T_FEDESAMARTH