Revendeurs
En 3 clics

Les graines et le semis

"Ne juge pas chaque jour à la récolte que tu fais mais aux graines que tu sèmes" Robert Louis Stevenson  

Une histoire de graines


Règne animal, règne végétal


Etrange univers que ce règne végétal tellement éloigné du règne animal auquel nous appartenons. Il semble qu'au cours de l'évolution, il ait presque pris le contrepied systématique de la stratégie de reproduction qui nous caractérise.
Dans notre règne, une fois qu'il y a eu fécondation, qu'il s'agisse d'un oeuf ou d'un foetus, il y aura naissance, puis croissance au bout d'un nombre de jours donnés. Et ce, quelles que soient les circonstances. Il en va bien différemment avec les végtaux à graines.
Ces ovules végétaux une fois fécondés attendront le moment opportun pour germer.
Pour ce faire, ils se déshydratent (une graine ne contient que 5 à 18% d'eau) pour être capables de patienter - on dit alors que la graine entre "en dormance", la bienheureuse - jusqu'à ce que les conditions soient optimales pour germer. Une stratégie un peu risquée pourrait-on croire, puisque plus on attend et plus le risque de croiser la route de prédateurs augmente. Mais la nature a trouvé une parade à cette difficulté : l'abondance.
C'est par dizaines, voire par milliers, qu'au cours de leur vie de nombreuses plantes produiront des semences. Pensons aux quelques 18 000 graines que certaines variétés d'amarante sont capables d'émettre en une courte saison seulement !  

Orphelines


Cette stratégie basée sur l'attente n'est pas la seule différence essentielle qui distingue le choix du mode de reproduction des végétaux et des animaux.
Que nous ayons des enfants ou, excusez la comparaison, que nous nous contentions d'observer les animaux, nous constatons qu'en règle générale, la présence d'au moins un des parents est indispensable, au moins les premiers jours.
C'est tout le contraire pour nos chères plantes qui, dans la majorité des cas, se débrouilleront pour éloigner et disséminer à tout prix leur progéniture. A leur tour de tenter leur chance loin de parents dont la présence pourrait se montrer bien encombrante.  

Et c'est pour ça que ça marche !


Une fois que le jardinier a compris qu'une graine n'a pas besoin de papa et de maman pour commencer dans la vie et qu'elle est en plus d'un naturel plutôt patient, il est en mesure de semer théoriquement à peu près tout ce qui pousse.
La "seule" difficulté consiste donc à savoir précisément combien de temps une graine est capable d'attendre et ce qu'elle attend.
En règle générale, les graines potagères ne sont pas très exigeantes : un peu de chaleur, une petite couverture de terre et beaucoup d'eau pour se réhydrater.
Ensuite, le fait de diversifier ses cultures multiplie par autant le nombre de facteurs à connaître. Les laitues ne germent pas dans les mêmes conditions que les tomates ...
Il est vrai que, rapidement, cela fait finalement un nombre considérable de données à connaître et que ces données sont souvent bien approximatives sur les sachets de graines du commerce.
Savez-vous par exemple qu'à plus de 22° C, il est quasiment impossible de faire germer une laitue ? Ou bien que si une courgette peut germer à partir de 15° C, son optimum de germination se situe autour de 31° C ? 

Lors de la germination la plante "libère" les cotylédons contenus dans la graine. Ces réserves lui permettent de s'alimenter avant que n'apparaissent les premières vraies feuilles.  

Retrouvez toutes nos semences
T_FEDESAMARTH