Revendeurs
En 3 clics

Des plantes agents de sécurité des cultures

Des plantes agents de sécurité des cultures



Le sol, source de nourriture pour les plantes, contient également de nombreux parasites pour les cultures : bactéries, virus, champignons, insectes... Dans des pays à climat tempéré comme la France, les maladies provoquées par les champignons prédominent.

Les plantes, dont la partie récoltée pousse dans le sol (pomme de terre, betterave...), sont particulièrement concernées par les parasites du sol.
Les produits chimiques capables de les combattre sont peu nombreux et leur efficacité est limitée.
La recherche s'intensifie afin de trouver de nouvelles méthodes de lutte contre ces maladies.
Parmi celles-ci : la bio fumigation.
Cette technique est basée sur la libération de molécules spécifiques lors de la dégradation ou broyage de certaines plantes.



Des risques accrus pour les productions bio de pomme de terre

Les rhizoctones (champignons microscopiques dont le nom en grec signifie « qui tue les racines ») et les gales (maladies dues à des bactéries appartenant à la famille des actinomycètes) attaquent toutes les productions de pomme de terre. Mais ces parasites et maladies sont très nuisibles pour les productions primeur et les productions biologiques.

En primeur, les plantations précoces sont plus favorables aux épidémies, et les zones de primeur étant limitées, la fréquence élevée d'une même culture sur une parcelle augmente le niveau de risques de la maladie.

En production biologique, les cahiers des charges imposent que les semences et plants utilisés, qui peuvent être porteurs de maladies, ne soient pas protégés par des traitements chimiques.




Des plantes pour maîtriser les parasites

Plusieurs moyens de lutte existent : le choix des parcelles, l'utilisation de variétés peu sensibles, les méthodes de culture... Mais actuellement, les chercheurs étudient l'utilisation de plantes « gendarmes » en interculture, c'est-à-dire entre 2 cultures et avant la culture sensible. Les travaux de recherche portent sur le potentiel « assainissant » des cultures intermédiaires.

La principale plante étudiée est la moutarde brune (on imagine bien que la moutarde puisse avoir des propriétés répulsives), mais également la moutarde blanche, l'avoine, les légumineuses...

Les scientifiques vont également surveiller les cultures pour connaître tous les avantages de ces plantes protectrices qui peuvent éventuellement limiter les attaques de nématodes (vers microscopiques) et de limaces, réduire le nombre et la durée de conservation des bactéries du sol, et diminuer les populations de pucerons qui sont responsables de la transmission de virus aux plantes.




Les chercheurs se mobilisent

Pour réussir ce type de projet, il est nécessaire de réunir toutes les compétences scientifiques et savoir-faire régionaux. C'est ainsi que ce type de projet réunit de nombreux partenaires : Inra, instituts techniques, interprofession des semences et plants, chambres d'agriculture, associations de producteurs, coopératives agricoles... Pour la pomme de terre, des essais vont être engagés pendant trois ans dans plusieurs régions (Picardie, Normandie, Noirmoutier...) pour bien comprendre l'effet de l'utilisation de plantes assainissantes comme la moutarde brune.

Les chercheurs estiment que les travaux serviront également à protéger d'autres cultures (betteraves...) avec la mise en place de conseils de culture adaptés à chaque situation, chaque climat, chaque type de production...




La pomme de terre, une production vitale

La pomme de terre, quatrième production végétative mondiale, est cultivée en France sur environ 170.000 hectares et dans 10% des exploitations agricoles.
En Europe, la France est le deuxième exportateur de plants et le premier exportateur de pomme de terre de consommation.
C'est pourquoi la production de plants de pomme de terre fait l'objet de soins attentifs. Des normes rigoureuses concernent en particulier la qualité sanitaire des plants.
Les plants de pomme de terre vendus aux agriculteurs et aux jardiniers amateurs sont obligatoirement certifiés, reconnaissables sur les emballages par leur vignette ou certificat bleu.


Des plantes toxiques pour les champignons du sol

Les plantes actives contre les champignons du sol sont des crucifères (famille des radis, navets, choux, colza ...) et plus particulièrement la moutarde brune. Cette plante contient dans ses tissus de grandes quantités de composés organiques, appelés glucosinolates, qui ont la faculté de se transformer en substances toxiques pour les champignons du sol. C'est pourquoi, lorsque la moutarde brune a accumulé à la pleine floraison la plus grande quantité de glucosinolates, on la broie très finement pour accélérer sa dégradation et favoriser son action contre les maladies du sol.

Pour garantir une formation rapide de substances toxiques, le sol doit être humide. L'effet maximum est atteint au bout d'un ou deux jours. La nature volatile des molécules a comme conséquence une rapide diminution de leur concentration dans le sol. Une semaine après l'enfouissement, il est possible de semer une nouvelle culture.

La moutarde ne détruit pas le parasite, mais réduit son activité et sa nuisance. A la différence d'un pesticide, la moutarde semble permettre le maintien d'une communauté microbienne diversifiée dans le sol.


Source : Gnis / Semencemag.fr
T_FEDESAMARTH