Revendeurs
En 3 clics

Au coeur de la création

Au coeur de la création



Entre les premiers croisements réalisés par le sélectionneur et l'inscription au Catalogue officiel des semences, une étape cruciale jalonne la création d'une nouvelle variété : l'épreuve de distinction-homogénéité-stabilité (DHS).



L'homologation d'une nouvelle variété végétale est un processus long et complexe. Pour bien comprendre la nature de cette épreuve, il faut revenir à la définition d'une variété.
Au sein d'une espèce (par exemple le blé, le tournesol ou la rose), une variété est un sous-ensemble constitué d'individus - ici, les plantes - partageant des propriétés communes. Il s'agit à la fois de caractères morphologiques (forme, couleur, taille, aspect de la tige, des feuilles, de la fleur...) et physiologiques, comme la période de floraison et de fructification, ou encore la qualité des produits de récoltes.
Pour la variété, l'épreuve DHS constitue un temps fort dans le parcours qui aboutit à son inscription. Il s'agit ni plus ni moins d'établir sa carte d'identité. Pour cela, la première phase consiste à vérifier que la variété est effectivement nouvelle et qu'elle se distingue de celles déjà inscrites au Catalogue officiel. La structure génétique de la plante est alors déterminée. C'est elle qui permettra notamment de reconnaître la variété dans la filière de production des semences.
Pour le blé, par exemple, chaque caractère se voit attribuer une note variant de 1 à 9 en fonction de son niveau d'expression. Dans ce cas, 26 caractères sont pris en compte. Pour être acceptée, une nouvelle variété doit différer d'une autre par un caractère au moins.

Deuxième critère : l'homogénéité. Son étude porte sur tous les caractères observés et dépend notamment du mode de reproduction de l'espèce et des conditions de sélection retenues par le créateur. Plus une variété est homogène, plus il est facile de la distinguer.

Enfin, la variété créée doit être stable. Elle doit être reproductible à l'identique dans le temps et dans l'espace. Autrement dit, quels que soient le lieu et l'année de production.

Le respect de ces trois critères fournit un outil de traçabilité dans les filières de production et maintient une diversité génétique réelle, synonyme de qualité et de progrès.

Pour chaque nouvelle variété, les épreuves d'inscription au Catalogue officiel sont réalisées par le Groupe d'étude des variétés et des semences (GEVES), sous le contrôle du Comité technique permanent de la sélection des plantes cultivées (CTPS). L'inscription proprement dite est arrêtée par le ministère de l'Agriculture.


Source : Gnis
T_FEDESAMARTH