Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Cutiver un potager en terre argileuse

Sans aucune intervention, un sol argileux peut devenir dur comme de la pierre en saison estivale et extrêmement collant en hiver.  

Comment reconnaitre un sol argileux ?

 

Les sols argileux sont lourds, compacts et lents à se réchauffer. L'argile gonfle quand elle est humide et se rétracte lorsque le temps est sec. Dans un sol où elle est présente en grande proportion, on peut observer l'apparition de fente en cas de sécheresse.
Pour déterminer si un sol est à dominante argileuse, on peut faire le test de l'anneau: après avoir humidifié une poignée de terre, roulez-la et tentez de faire un anneau. Si vous y parvenez sans aucune difficulté, la terre est à dominante argileuse.
Autre méthode : regarder autour de soi ! Une abondance de chardons des champs, de liserons, de plantains, de pissenlits suggère un sol plutôt argileux. 

Quelles sont les particularités d'un sol argileux ?

 

Les sols argileux contiennent de très fines particules d'argile, bien plus fines que des grains de sables. Peu d'espaces sont laissés entre les particules ce qui donne une structure très compacte et explique les mouvements lents de l'eau. La capacité de rétention d'eau des sols argileux en fait un très bon substrat pour les plantes qui craignent le dessèchement.
L'argile joue un rôle essentiel dans la nutrition des plantes. Elle retient les éléments minéraux comme le potassium, le magnésium et les rend disponibles pour les végétaux. Enrichis en minéraux, les fruits et légumes sont alors plus savoureux !
Mais cultiver une terre argileuse est un vrai challenge ! Lorsque le temps devient sec, l'argile se contracte et se transforme en une terre très dure qui rend difficile la germination, la croissance des racines et le travail du jardinier.
Lorsque les pluies sont abondantes, la stagnation de l'eau menace les racines d'asphyxie. En fin d'hiver, les terrains argileux se réchauffent difficilement, les cultures sont donc plus tardives et sont sensibles aux gelées plus longtemps. 

Comment cultiver en sol argileux?

 

L'apport de matière organique permet de stimuler l'activité des microorganismes et de solliciter les vers de terre. Ces travailleurs du sol sont indispensables au jardin. Ils participent à l'oxygénation de la terre et à l'incorporation du compost.
Les engrais verts sont particulièrement efficaces pour aérer les sols argileux. Leurs racines puissantes fragmentent la terre et remontent les nutriments en surface. Le trèfle blanc, le seigle et la phacélie sont autant voire plus performants que le jardinier ! 
Paillez ! Les effets du paillage sur les sols argileux sont extrêmement bénéfiques. La principale difficulté des cultures en terres argileuses est la compacitée. Pour éviter que la terre ne devienne trop dense, sèche et que les fissures apparaissent, recouvrez les cultures d'une épaisse couche de paillage organique. L'épais tapis sera peu à peu décomposé et incorporé, il contribuera à aérer le sol et amortira la chute des gouttes d'eau qui participent au tassement du terrain.  
Ne plus travailler sa terre et apprendre à être patient : Plus un sol argileux est retourné, plus il est déstructuré et plus la matière organique est décomposée rapidement Le processus de décomposition doit se faire de façon progressive et lente. Il est donc préférable de déposer une couche de compost en surface et laisser faire les petits travailleurs du sol. Avantage : le jardinier aura moins d'efforts à fournir !
Le jardinier peut aussi faire le choix de se détourner de son sol. Si le jardin est de petite taille, il est possible d'installer des cultures surélevées (buttes...) grâce à un apport extérieur de terre et de compost.  

Que semer ou planter en sol argileux?

 

Les légumes racines ne se plairont pas dans une terre trop asphyxiante, mais s'adaptent tout de même très bien aux sols argileux. Ainsi, la carotte cultivée dans ce type de terrain possède un goût plus prononcé que celles cultivées en sols sableux !
Laitues, chicorées, poirées, poireaux, haricots, pois, épinards, menthe, tomates, aubergines, poivrons et autres cultures possédant des racines superficielles ou peu profondes bénéficient de la capacité des terres argileuses à retenir l'eau.
Les racines des choux fleurs, choux de Bruxelles, brocolis, oseille, rhubarbe, artichauts ont besoin d'un ancrage fort, le sol argileux est donc un substrat idéal pour leur croissance.
Du coté fleurs, on retrouve géranium, hosta, anémones, coreopsis, aster...
Pensez à attendre que la terre se soit suffisamment réchauffée pour semer et planter !