Revendeurs
En 3 clics

Fongicides pour un potager bio

Il est vrai que lorsque l'on parle de culture biologique il est surprenant d'y associer le terme "traitement" néanmoins les fongicides peuvent être autorisés mais sous certaines réserves : ils doivent être d'origine naturelle, ne pas être issus de la chimie de synthèse, et être homologués pour la culture concernée.  

Les fongicides naturels


Ce sont les produits destinés à la lutte contre les champignons. Néanmoins, une plante saine, dans de bonnes conditions de culture (nourriture, exposition, aération) a les moyens de prévenir elle-même bien des agressions.
Ces produits sont naturels, mais ont néanmoins des effets secondaires et ne doivent être employés qu'à titre exceptionnel.  

Le cuivre


Il est souvent incorporé dans la fameuse bouillie bordelaise et teinte de bleu le feuillage - quand ce ne sont pas les façades des maisons ornées d'une treille !
Il est essentiellement employé contre le mildiou de la pomme de terre, des tomates, voire des oignons.  

Le cuivre est un métal lourd, rémanent et toxique pour les vers de terre et, à moyen terme, stérilisant pour le sol. Il peut également provoquer des arrêts de croissance sur les légumes traités. Il existe cependant dans le commerce des formes plus douces de traitement cuprique, où le cuivre enrichi de nombreux oligo-éléments est intégré sous forme d'oxychlorure et non de sulfate.  

Le soufre


En poudre ou mouillable, on l'emploie surtout contre la tavelure de certains fruits et l'oïdium (feutrage blanc sur les feuilles) dont peuvent être atteints les rosiers, la vigne, les Cucurbitacées, etc. Appliqué en dessous de 10°C, il ne sert à rien et au-delà de 28°C, il peut provoquer des brûlures. Il s'avère toxique pour certaines punaises prédatrices et, à forte concentration, pour les coccinelles.  

Cette liste n'est pas exhaustive et la description de ces produits peut paraître un peu brutale tant ils semblent présenter plus d'inconvénients que d'avantages. A chaque jardinier de les tester et se faire sa propre opinion entre les dégâts liés aux ravageurs et ceux "collatéraux", des solutions mises en oeuvre pour s'en prémunir.  

Alors que faire ?


Le propos n'est pas de contempler ses récoltes dévastées d'un air réjoui en proclamant "vive le bio", mais bien de toujours remettre en perspective la difficulté rencontrée et la solution adoptée.   

Découvrez nos produits naturels pour lutter contre :
Les maladies
Les nuisibles
T_FEDESAMARTH